Année 2006

En panne en pleine traversée entre tahiti et tetiaroa: les 2 moteurs en même temps, des Mercury Optimax qui, déjà, m'avaient donné quelques inquiétudes. J'ai depuis opté pour des moteurs SUZUKI, 4 temps, 150CV, sans aucun problème.

Côté observation, on va dire que l'année a été "classique"! Belles observations de globicéphales, affrontements, et rencontre avec un jeune baleineau devant le Kia Ora de Moorea.

Juin 2006... 3 baleines à Moorea le 25 juin!!! On s'en souviendra!!!

Aprés avoir été aperçues brièvement vers le 10 juin à Moorea (côte nord), aprés avoir été entendues plusieurs jours de suite (à partir du 17 juin) et aperçues le long de la côte ouest de Tahiti, les baleines se sont enfin montrées!!! Voici les premières photos de la saison.

Le 25 juin, en fin d'aprés midi, 3 baleines ont été vues et observées le long de la côte sud de Moorea. D'abord une baleine solitaire, pas trés grosse, le menton recouvert de concrétions, probablement un juvénile. Elle s'est facilement laissée approcher, elle a fait plusieurs sauts, s'est roulée sur le dos, a donné quelques coups de queue. Elle était accompagnée par une dizaine de dauphins. Un peu plus loin, deux autres baleines, plus prés du reef, peu farouches, pas trés grosses non plus, mais l'observation n'a été que fugace en raison de la tombée de la nuit.

JUILLET: Drôle de début de mois de juillet! Il fait gris, pas de mara'amu... mais les baleines sont bien arrivées. Lundi 3 juillet, une baleine fait des apparitions furtives entre la Pointe de Faa'a et la passe de Taapuna. Vendredi 7 juillet, une palanquée est bercée, pendant toute la plongée, par les chants d'une baleine (devant Faa'a).


16 juillet: Une baleine chante Pointe des Pêcheurs, à une centaine de mètres du récif. Le mâle est énorme, il ne fait que de trés brèves apparitions en surface.


23 juillet: bien que resté des heures sur l'eau entre Tahiti et Moorea, je n'ai rien vu et rien entendu. La veille, une baleine a été aperçue côte nord de Moorea, tandis que le 18 juillet, une palanquée a plongé à quelques dizaines de mètres d'un chanteur, sans le voir. Sous l'eau, le chant de la baleine est amplifié par les vibrations émises par l'animal, vibrations qui se transmettent à travers le corps des nageurs, donnant des impressions parfaitement sensationnelles et inoubliables. Ce n'est qu'en sortant de l'eau que les plongeurs ont pu voir la baleine, probablement un juvénile déjà doué pour le chant!!!

 

Pas d'observation en août et septembre, ma fille Marion s'installe à Bordeaux et y entâme sa vie estudiantine. Je l'accompagne dans son installation.

 

Samedi 7 octobre: Le temps est splendide, la météo prévoit un WE grandiose, sans vent, sans houle, sans nuage... le rêve... un rêve qui aurait pu se terminer en cauchemard...
Mais commençons par le début: C'est une rencontre, le long de la côte sud de Moorea, avec une mère et son baleineau. Le baleineau est facilement reconnaissable à ses nageoires pectorales qui sont toute blanches, dessus comme dessous, particularité qui appartient en principe aux mégaptères de l'hémisphère nord. La tranquillité de cette petite famille est rompue par l'arrivée d'un mâle aux prétentions ne souffrant d'aucune ambiguité. Ci dessous, une série de photos, malheureusement de qualité moyenne en raison d'une eau un peu trouble, qui raconte l'approche du mâle et l'évitement de la femelle à priori peu conciliante!

La suite de la journée aurait pu être tout aussi spectaculaire. Une si belle météo ne pouvait qu'inciter à la balade, c'est donc vers Tetiaroa que je me laissais guider. En route, les dauphins sont venus faire la fête devant l'étrave du bateau, tandis que les cocotiers de Tetiaroa commençaient à se détacher sur l'horizon.

C'est à ce moment qu'une alarme a retenti sur le moteur tribord, surchauffe, panne du circuit de refroidissement, impossible de continuer. Retour immédiat vers Tahiti, sur le moteur babord dont on se souvient que le bloc "moteur" avait été changé l'an dernier. Arrivé à quelques miles de Papeete, arrêt brutal du moteur: moteur cassé, je saurai plus tard qu'un piston s'est brisé, a "explosé". Heureusement, j'étais à portée de Vini (téléphone portable) ce qui a permis de déclencher les secours sans avoir à tirer les feux de détresse... Aprés avoir dérivé pendant prés de 3h, c'est avec un bonheur immense que j'ai vu Eric (de Taina Plaisance) arriver vers moi.
Une fois de plus, la fiabilité des Optimax est mise à rude épreuve... Et cette fois, je doute qu'une garantie quelconque puisse s'appliquer!!! Pas question, en tout cas, de continuer à naviguer avec ces moteurs dans lesquels j'ai perdu toute confiance.

Dimanche, c'est avec Nicolas, sur le bateau de Nadège, en compagnie de 3 cinéastes professionnels filmant en Imax, que nous avons fait le tour de Moorea, sans faire de rencontres exceptionnelles, à part peut-être le baleineau aux pectorales toute blanches déjà observé la veille. Cela dit, les baleines ne manquent pas à l'appel, mais à force d'en voir, on finit par devenir plus exigeant sur les prestations qu'elles nous proposent!!!

17 octobre. Le bateau est au sec, attendant patiemment ses nouveaux moteurs. Le choix s'est porté sur des Suzuki 150CV 4 temps, à la fois en raison de la réputation de la marque que de leur disponibilité sur Tahiti.
Pas trop de regret de ne pas être sorti ces derniers jours, la météo est restée assez médiocre, beaucoup de vent, sud est, et une grosse houle du sud de 3 mètres. J'étais aussi bien à rester "at home"!
Si tout va bien, le bateau devrait retrouver son élément dans quelques jours.


20 octobre, belle sortie avec Joshua (sur son bateau, of course... le mien est toujours en cale sèche, plus pour trés longtemps j'espère!) jusqu'à TARAVAO via la côte sud, beau temps, mer calme, un peu de vent, nous n'avons fait qu'apercevoir la queue d'une baleine.


25 octobre: Le temps a été exécrable depuis quelques jours, avec en particulier un vent de sud-est suffisamment puissant pour "demonter" la mer... A Faa'a, deux palanquées de plongeurs (Eleuthera) font, sous l'eau, la rencontre d'une baleine: Moment de grande émotion pour tous les plongeurs!


26 Octobre: le bateau est enfin à l'eau, avec ses nouveaux moteurs (DF 150 4 temps SUZUKI): quel silence, quel confort!!! Un régal aprés n'avoir connu que du 2 temps! Une baleine et un baleineau sont surpris juste à côté de la passe de Papeete, se dirigeant assez rapidement vers Faa'a. Le baleineau est bien petit (pas de photo).


27 octobre: Première grande sortie avec les Suzuki, direction Moorea. 200% de bonheur, puissance et silence, rien à voir avec les Optimax! Le grand confort!!! Rencontre sensationnelle avec un groupe d'une vingtaine de globicéphales presque endormis entre Tahiti et Moorea. J'ai pu faire quelques photos sympas. A Moorea, le long de la côte sud, 4 grosses baleines dont deux venues du large, pas de baleineaux. Au retour, vers midi, une baleine croise devant Taapuna. La pluie fait une nouvelle arrivée, vent de nord...

Le vent du sud a à nouveau soufflé ces derniers jours, de manière tardive et inhabituelle pour la saison, chassant du même coup les nuages chargés de pluie annonçant le début de la saison chaude et humide, et apportant un peu de fraîcheur (température matinale 21° à la maison). Les conditions ne sont pas excellentes pour l'observation des baleines.
Les baleines commencent à se rassembler par petits groupes de 3 ou 4 individus, elles se déplacent parfois assez rapidement, prenant le plus souvent la direction du sud.


Dimanche 29 octobre: Nous apercevons furtivement une baleine solitaire à Temae, et deux baleines somnolentes vers les motu du club méd à Moorea. Heifara me signale la présence d'un chanteur devant la passe du Beachcomber le 28 octobre. Pendant ce temps, 3 baleines longent, vers le sud, le récif de Punaauia. Dans le chenal, à nouveau un groupe de globicéphales se repose en surface.

Lundi 30: pas question de sortir, grand coup de maraamu.


Mardi 31 octobre: Le vent est passé sud est, mais la mer reste agitée. Dans la matinée, je suis 4 grosses baleines qui longent le récif de Punaauia vers le sud, en restant assez au large, et se déplaçant rapidement. Pas de baleineaux. Dans l'aprés-midi, à l'abri du vent, devant la Pointe Venus à Mahina, je trouve 3 baleines qui se tournent autour, se donnent des coups de tête, se déplacent rapidement (8 à 9 noeuds) vers l'ouest. Drôle de manège, s'agit-il encore de scènes d'affrontement? Toujours pas de baleineaux.

Fin du mois d'octobre, l'air est chargé d'humidité, et, en fin de journée, le soleil offre unfeu d'artifice de lumières saturées de toute beauté, tant sur la mer que sur les montagnes. N'importe quel amateur d'images serait comblé!

Le mois d'octobre s'est terminé par un temps de mois de juillet, coup de mara'amu et baisse des températures. Ces vents du sud ont agité le chenal, rendant la navigation inconfortable, parfois difficile. Ils ont aussi eu le mérite de chasser les nuages chargés de pluie qui s'étaient agglutinés sur les îles, annonçant l'arrivée de la saison chaude et humide.


Les baleines sont toujours présentes autour de Tahiti et Moorea. Depuis quelques semaines, nous observons surtout des regroupements de baleines adultes ou juvéniles sevrés, en général 3 ou 4 individus. Leur comportement peut être calme, comme si elles s'accordaient un dernier repos avant d'entreprendre leur longue migration vers le sud, soit beaucoup plus actif, nageant rapidement (8 à 9 noeuds), se donnant des coups de tête: il est difficile de savoir s'il s'agit de jeux ou de combats.
Les baleines qui s'apprêtent à partir devaient laisser place aux baleineaux surveillés de prés par leur mère, ces derniers attendant d'avoir un peu plus de force pour entreprendre la migration. Curieusement, mamans baleine et baleineaux ont été absents des observations de ces derniers jours.


Jeudi 2 novembre: Le vent est tombé, la mer s'est calmée, le ciel est gris, mais pas menaçant. Je profite de mes derniers jours de vacances pour passer le maximum de temps sur l'eau, enchanté par les nouveaux moteurs. A Temae, Moorea, c'est mon instinct qui me dit qu'il doit forcément y avoir une mère et son baleineau. Ce n'est qu'aprés une longue observation que j'aperçois, tout prés du récif, un baleineau qui manifeste sa présence. Il s'agit d'un jeune baleineau, étroitement surveillé par sa mère.

Vendredi 3 novembre: de trés bonne heure, je traverse à nouveau le chenal pour tenter de retrouver la baleine et son baleineau observés la veille. Le temps est gris, mais la mer est calme, et le vent n'est pas encore levé. Sans difficulté, j'aperçois les animaux, accompagnés d'une autre baleine, presque toute blanche: ils se sont à peine déplacés, ils sont quasiment immobiles, endormis ou somnolents. Au début, la maman ne laisse pas le baleineau s'approcher de moi, elle l'accompagne dès qu'il remonte respirer. Elle n'hésite d'ailleurs pas à venir voir de prés ce curieux objet flottant que je dois représenter pour elle, sans doute pour s'assurer que je ne présente aucun danger pour son petit. Ce n'est qu'après presque deux heures d'obervation que le baleineau aura la permission de remonter seul, et de venir me "renifler". Ces moments passés presque au contact des animaux sont toujours trés, trés impressionnants, et tellement magnifiques. Le comportement des baleines qui, petit à petit, finissent par m'accepter pacifiquement mais sans indifférence, est tout aussi passionnant et intéressant.
De toute évidence, ce baleineau est encore trop petit pour entreprendre la grande migration, il y a donc de fortes chances pour que l'on puisse le revoir, à condition qu'il ne soit pas dérangé...

Samedi 4 novembre: une baleine accompagne son jeune baleineau le long du récif de Punaauia, ils descendent trés tranquillement vers le sud, et finissent par s'installer devant la passe du Gouverneur pour y passer la nuit. Je me joins à un groupe de bateaux pour les suivre quelques instants, mais nous sommes vite trop nombreux. Pourtant, le baleineau, qui, depuis des heures n'arrêtent pas de s'amuser à sortir la tête de l'eau, à sauter, à se mettre sur le dos, à jouer avec ses pectorales, vient nager entre les bateaux, il s'approche des nageurs jusqu'au moment où, trop nombreux dans l'eau, ils agacent la mère qui manifeste son irritation par des grands coups de queue.
Les baleineaux avaient disparu de nos observations depusi quelques semaines. Les voilà de retour. Où étaient-ils?

Dimanche 5: nous sortons de bonne heure, la mer est agitée, mais nous ne verrons rien le long des côtes de Punaauia et Paea. C'est Nadège, dans l'aprés midi, qui aperçoit une maman et son baleineau qui dorment à la Pointe de Faa'a. Les observations de Nadège laissent penser qu'il ne s'agit pas des mêmes baleines que celles vues la veille, le baleineau est un peu plus grand.

 

9 novembre: Moorea. Trés beau temps, la mer est calme, le vent est d'est, il s'engouffre dans le chenal par le nord. Au sud de Moorea, l'océan est comme un lac. Ce n'est qu'aprés plus d'une heure de balade à toute petite vitesse que j'aperçois enfin deux baleines adultes et de forte taille, pas trés loin l'une de l'autre. Elles ne forment manifestement pas une "famille". L'une d'elle est un chanteur: je reste presque deux heures à l'écouter, sous l'eau, puis sur le bateau: son chant semble monter par les moteurs, il est trés riche et varié, trés long, alternant des grognements, des rugissements (exactement comme ceux d'un lion ou d'un tigre), des bruits de "débroussailleuse", des sifflements (comme ceux des dauphins). J'ai pu remarquer que la baleine n'arrête pas de chanter en remontant respirer, et que contrairement aux observations précédentes, elle se déplace un peu. L'autre baleine s'est approchée du chanteur, mais a poursuivi son chemin.

 

Fait divers: vendredi 10 novembre 2006, 22h29
Des dizaines de baleines s'échouent sur une plage néo-zélandaise WELLINGTON, Nouvelle-Zélande (AP) - Pas moins de 78 baleines se sont échouées pour une raison inconnue sur une plage néo-zélandaise: si 40 d'entre elles ont pu être remises à flots, 38 autres n'ont pas survécu, a déclaré vendredi une porte-parole du département de la Défense de l'environnement. En début d'après-midi, les baleines secourues par des employés de raffinerie et des bénévoles s'éloignaient des côtes et "commençaient à nager vigoureusement" vers le large, a précisé à l'Associated Press la porte-parole de ce ministère, Sioux Campbell, présente dans la ville de Whangarei, non loin du lieu de l'échouage, dans le nord de la Nouvelle-Zélande. Des bateaux ont patrouillé à proximité des baleines pour les encourager à poursuivre leur route vers le large, plutôt que de revenir s'échouer à Ruakaka, une plage de sable, légèrement en pente. Le ministère dit avoir été contraint d'euthanasier une jeune baleine qui s'était séparée du reste du banc, de crainte qu'elle n'entraîne les autres à revenir vers la plage. De fait, dès que les autres cétacés ont constaté la mort du baleineau, ils ont repris leur course vers le large. Toutefois, 38 baleines ont péri avant d'être remises à flots. Habituellement, les cétacés décédés sont enterrés près du lieu de leur échouage. AP

Samedi 11 novembre: il fait un temps splendide, la mer est calme, pas de vent, j'entreprends un grand tour de Moorea. Je n'ai rien vu et rien entendu, mais on m'a signalé une maman et son baleineau à Temae, et un chanteur (encore!!!) au large entre les deux baies. En fin d'aprés midi, c'est devant Te Maruata à Tahiti que je rencontre une famille de 3 baleines, un juvénile déjà assez grand, et deux baleines adultes, la mère et un ou une ami qui a la particularité d'être presque toute noire. Bien que la mer soit calme, l'observation est rendue difficile par le comportement des baleines qui, parfois, s'arrêtent, parfois avancent lentement... Impossible de savoir où elles vont réapparaître. Elles descendent tranquillement vers le sud.

Dimanche 12 novembre, temps splendide à nouveau, grand tour de Moorea, sans rien apercevoir si ce n'est des tortues, dont une grosse tortue verte, les poissons volants, et, au sortir de la passe de Taapuna, un banc de dauphins rentrant d'une partie de chasse nocturne.
La saison arrive à sa fin, les observations deviennent plus rares et plus difficiles, comme si les baleines n'avaient plus envie de se montrer. Cependant, si la météo reste clémente comme elle l'est depuis le début du mois de novembre, nous pourrons vraisemblablement voir encore des baleineaux et leur mère qui attendent un peu avant d'entreprendre la grande migration vers le sud.

Décembre, nous observons encore des baleines! Le 30 novembre, une baleine saute à pluieurs reprises un peu au large de la Pointe Venus (Mahina), tandis qu'une autre longe de récif devant Taapuna (trés tôt le matin). Le 3 décembre, Christophe observe une maman et son baleineau devant Temae à Moorea. La maman a une dorsale particulièrement pointue que l'on ne peut pas louper!.

Mis à jour:  10 juillet 2016

 

Baleine et baleineau - Moorea - 6/09/2011
Baleine et baleineau - Moorea - 6/09/2011
Sweet Mama à Moorea
Vidéo: 3 minutes de pur bonheur avec la maman et son baleineau
Baleines, web.m4v.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 20.4 MB

Le site "A Tahiti, dans le sillage des baleines" présente, en dehors de tout caractère scientifique ou commercial, mes observations et mes photos de baleines ainsi que toute une série d'informations sur le mégaptère. 


Depuis plus de 10 ans, armé de mes appareils photos, je guette et j'observe avec une passion jamais démentie ces animaux qui, de juillet à novembre, occupent les eaux polynésiennes pour s'y reproduire et mettre bas. La Polynésie occupe en effet une place essentielle dans le cycle biologique de l'une des populations mondiales des baleines à bosse (voir "Histoire et Géographie").


Ce site est , depuis 2002, un témoin de l'aventure des baleines à bosse (les mégaptères) dans les eaux proches de Tahiti, Moorea et Tetiaroa.

 
Les baleines sont devenues le symbole du combat de l'homme contre sa propre nuisance. Le nombre grandissant des baleines sur l'ensemble du globe montre qu'une prise de conscience collective permet d'inverser le dispositif destructeur que nous sommes capables d'engager.


Les mégaptères ne connaissent pas d'autres ennemis que nous-mêmes, elles font partie des animaux les plus vieux de la planète, elles portent en elles la mémoire du monde... Puissent ces pages sensibiliser chacun au respect des baleines et à la protection de notre environnement.

Pierre Follin 


Sortie du livre "TOHORA"
Sortie du livre "TOHORA"

"TOHORA", le livre qui raconte le parcours des baleines à bosse dans les eaux polynésiennes. Textes et photos sont à dévorer. En vente dans les librairies de Tahiti.

 

Parade en soirée - 2008
Parade en soirée - 2008
Le rostre - 2008
Le rostre - 2008
Affrontements - 2008
Affrontements - 2008
La caudale - 2008
La caudale - 2008
2 souffles en soirée - 2008
2 souffles en soirée - 2008
Lobtailing - 2008
Lobtailing - 2008
Tail breaching - 2008
Tail breaching - 2008
Une baleine expose son ventre blanc - 2008
Une baleine expose son ventre blanc - 2008
Flippering - 2007
Flippering - 2007
Baleineau - 2009
Baleineau - 2009