2012! Mara'amu et premières baleines!

Cachalot vu de face, 29 juillet, 8h, entre Tahiti et Moorea
Cachalot vu de face, 29 juillet, 8h, entre Tahiti et Moorea

Echouage d'un cachalot à Makemo courant juin.

 

1er juillet. Les baleines arrivent, plusieurs observations font état de leur présence autour de Tahiti et Moorea. Les premiers souffles ont été vus vers le 15 juin, ce qui est particulièrement tôt.

 

La Polynésie est entrée de plein fouet dans l'hiver austral, baisse des températures et vent du sud. La houle vient elle aussi du sud, signalant la présence de quelques dépressions dans des latitudes plus basses.

 

La saison va pouvoir commencer...

 

 

22 juillet: toujours quelques échos signalant la présence de baleines par ci et par là, peu nombreuses encore.

Profitant d'un grand beau temps, je suis sorti ce matin le long de la côte ouest de Tahiti sans rien apercevoir.

Dans le même temps, 2 baleines de petite taille, des juvéniles probablement, étaient observées à la Presqu'île, vers Teahupoo.

 

28 juillet: une femelle et un baleineau sont observés devant Papara

 

 

29 juillet: formidable observation (pendant 2 heures) de 12 cachalots dans le chenal entre Tahiti et Moorea. Le groupe cachait 2 petits, dont un recouvert d'une croute blanchâtre sur le rostre. Pas de baleine. Vent de nord/nord est, mer assez belle.

Mon oeil a d'abord été attiré par de grandes éclaboussures aperçues assez loin du bateau. J'ai d'abord cru qu'il s'agissait de baleines sautant dans le vent. Mais en approchant, j'ai constaté la présence d'un groupe d'animaux assez dispersés, assez peu mobiles, et effectuant des sauts complètement hors de l'eau. Il n'a pas été difficile d'identifier les cachalots. A notre arrivée, les animaux ont cessé leurs "jeux", mais ne se sont pas éloignés, sondant assez brièvement avant de réapparaître et rester en surface durant de longues minutes.

L'observation des cachalots reste assez rare, tout en devenant plus fréquente, probablement en raison de l'interdiction de la chasse qui permet à cette population de se développer.

Les cahalots ne sont pas difficiles à différencier des baleines à bosse, ils sont de couleur foncée uniforme (pas de taches blanches), ils sont beaucoup moins trapus, ils n'ont pas de grandes pectorales et leur souffle se fait par un seul évent (comme tous les odontocètes), vers l'avant. L'évent est situé sur le haut du crâne, franchement latéralisé à gauche, donnant à l'animal un air penché sur le côté.

A noter la présence d'un baleineau dont le rostre est recouvert d'un dépot blanchâtre: si quelqu'un peut me donner une explication, je suis preneur.

5 août: ça y'est, cette fois les baleines sont bien présentes autour de Tahiti et Moorea, et les observations se multiplent. 2 baleines ont ainsi été observées ce dimanche devant Punaauia.

Pour ma part, une fois n'est pas coutume, j'ai été faire quelques photos à Papara, côté plage...

 

8 et 9 août: On me signale (Niyati plongée) deux baleines entre Raiatea et Huahine le 8/08 et une baleine sur le récif extérieur de Raiatea (côté nord ouest), à 10 mètres du mouillage d'un navire.

 

12 août: le mara'amu souffle depuis le début de la semaine, il fait franchement froid sur les zones exposées à ce vent du sud, pas de sortie récente en mer, donc pas d'observation personnelle. Cependant, les échos marins font état de la présence des baleines à Moorea (hier, une baleine vers Haapiti, et ce dimanche, une femelle - caudale toute noire-  accompagnée de son baleineau de l'an dernier au nord de l'île) et à Tahiti (Punaauia, Papara, Teahupoo). Bonne chance à toux ceux qui partent en mer!

 

13 août: 2 baleines sont vues par les plongeurs de Yaka Plongée à Rangiroa, passe de Tiputa.

Une femelle et son baleineau au large de la pointe de Faa'a (dans le chenal) en début d'après midi. Et 3 adultes au large du récif de Punaauia un peu plus tard. Les baleines sont donc omni présentes, mais la météo est un peu capricieuse ne permettant pas de bonnes observations.

 

15 août: une baleine et son baleineau sont observés longuement devant Te Maruata (côte ouest de Tahiti).

 

17 août: Ce jour aux grottes de Maraa (pointe sud de Tahiti) à 11h: Maman et baleineau de l'année (1 à 2 mois) suivis par un mâle se distinguant par ses 2 pectorales blanches. Animaux très mobiles, perdus de vue à 13h10. Eau pas claire ++++ (CC).

 

18 août: première grande sortie. Des conditions météorologiques idéales, mais peu d'observations hélas. Rien sur la côte ouest de Tahiti, rien dans le chenal, rien le long de la côte sud de Moorea, rien non plus à l'ouest. C'est au nord (de Moorea) que nous apercevons 2 baleines qui se reposent, apnées de 10-15 minutes, brèves apparitions en surface, avant de disparaître et stationner à une quinzaine de mètres de profondeur. Les whale watcher sont nombreux, une quarantaine de personnes dans l'eau au dessus des animaux.

Un peu plus loin, vers Temae, nous repérons un chanteur, seul.

Femelle et baleineau - Teahupoo 19 août 2012
Femelle et baleineau - Teahupoo 19 août 2012

19 août: Je profite d'une nouvelle belle journée pour faire le tour de Tahiti, 10 heures de navigation... Sans regret! En effet, devant Teahupoo, haut lieu du surf mondial (mais aujourd'hui sans vague!), j'observe longuement un baleineau et sa mère accompagnés par une autre baleine adulte, genre énorme. Le baleineau s'est vite montré attiré par le bateau autour duquel il est venu tourner avant de rejoindre les adultes. Soudain, une des baleines est sortie très haut hors de l'eau, sans véritablement sauter, à seulement une dizaine de mètres du bateau, elle a renouvelé cette manoeuvre d'intimidation quelques secondes plus tard. J'ai donc laissé les animaux en paix tandis que d'autres bateaux s'approchaient d'eux.

 

Devant le Pari, l'extrême est de Tahiti, là où le récif s'est effondré laissant place à des hauts fonds sur lesquels se forment d'énormes vagues déferlantes venues de nulle part, 3, voire 4 baleines, isolées, peu actives (2 sauts  quand même), occupent les lieux. Aucune explication sur ces comportements. Pourrait-il s'agir de baleines femelles attendant l'heure de mettre bas? D'autant que quelques jours auparavant, mardi 14 août, un résident du bout de l'île m'a raconté avoir observé, dans de bonnes conditions, une femelle et son tout jeune baleineau qui, d'après lui, mesurait à peine 2 mètres.

 

Un peu plus loin, devant Pueu, j'aperçois de très loin un énorme souffle typique de baleine à bosse, sans pouvoir retrouver l'animal. Seuls quelques dauphins Sténo animent le plan d'eau.

 

Ce même jour, des baleines sont observées le long de la côte ouest de Tahiti (2x2). Il n'est pas rapporté d'observation à Moorea aujourd'hui.

 Des curieux importunent une femelle et son baleineau venus se réfugier dans le lagon de Bora Bora. Voir La Dépêche de Tahiti du 23/08/2012. Les baleines entrent volontiers dans nos lagons, sans doute pour y trouver un peu de repos. Il est indispensable de respecter le calme recherché par les animaux, surtout lorsqu'il s'agit d'une femelle qui vient de mettre bas et qui allaite sa progéniture. L'allaitement (près de 100 litres de lait hyper gras chaque jour) est en effet une période épuisante pour la femelle qui, rappelons le, ne se nourrit pas durant son séjour dans nos eaux. Si la curiosité est légitime, le dérangement des animaux n'est pas acceptable.

 

22 août: 2 baleines sont observées (une adulte et une juvénile) devant le récif de Punaauia (Tahiti) en fin d'après-midi.

 

23 août: 2 baleines sont observées devant Paea (Tahiti)

Vers le 20 août, San Luis Obispo, sur la côte ouest des Etats Unis, au nord de Los Angeles. Des baleines à bosse engouffrent des sardines regroupées en bancs tout près de la côte, à l'intérieur même du port, au milieu de tout un tas de curieux nullement impressionnés par l'énorme masse des animaux (et malgré le risque d'amendes sévères). Bien que la présence des baleines ne soit pas vraiment habituelle en cette saison (elles devraient être plus au nord dans les régions arctiques pour s'y nourrir), elle n'est cependant pas exceptionnelle. Il faut en effet comprendre que les mégaptères quittent leur région de reproduction (située un peu plus au sud le long des côtes mexicaines) pour s'alimenter dans les eaux froides plus riches en proies diverses: alors, si ils trouvent de quoi satisfaire leur appétit en cours de route, ils n'ont plus de raison de rejoindre les eaux froides du nord Pacifique.

25 août: pas de scène de festin le long de nos côtes, hélas! A quand des bancs de sardines? "Nos" ature ne pourraient-ils pas faire l'affaire?

Contentons-nous de ce que nous avons, c'est à dire un grand nombre de baleines, seules ou par paires, qui se reposent ou se baladent le long des récifs. Ainsi aujourd'hui, 7 baleines ont pu être observées sur la côte ouest de Tahiti

 

26 août: une femelle ose s'approcher de la passe de Taapuna avec son petit. Et aussitôt, c'est l'encerclement, avec des comportements irresponsables de la part de certains observateurs. Je n'étais pas sur l'eau, mais depuis les hauteurs de Punaauia, j'ai effectivement pu observer la horde des bateaux autour des animaux. Non, vraiment, le dimanche, il vaut mieux aller un peu plus loin...

 

 30 août: 2 adultes et un baleineau stationnent devant Te Maruata. La mer est assez forte, c'est un ami qui me donne l'info, je ne suis pas sorti aujourd'hui. Nous entrons dans la meilleure période pour observer les baleines, espérons que la météo sera favorable, ce qui n'est pas prévu pour les prochains jours.

 

1er septembre: devant Te Maruata, je croise une femelle accompagnée de son baleineau qui, sans sonder, nageant donc quasiment en surface, à une vitesse constante de 3,5 noeuds, se déplace sans hésiter vers le sud. Coupant la route des animaux, certains prestataires de whale watching mettent leurs passagers à l'eau... mais les animaux ne s'approchent pas des nageurs.

 

2 septembre: Le vent vient du nord ouest, ce qui met la côte est de Moorea à l'abri, c'est assez inhabituel en cette saison. Je navigue donc vers Moorea.

Plusieurs baleines occupent la zone devant Vaiare, le port de Moorea. J'observe d'abord une baleine solitaire, pas très grosse, qui se déplace vers le nord à petite vitesse, et un peu au large du récif. Sans doute s'agit-il d'un juvénile.

Au loin, dans le vents, j'aperçois les éclaboussures provoquées par les sauts d'une baleine. Mais je n'identifie pas le ou les animaux.

Par contre, tout près du reef, je suis surpris par la présence de 2 baleines endormies à la surface de l'océan: elles ont à peine visibles, complètement immobiles, impossible de les repérer sauf à avoir le regard porté sur elles. Voyez les photos. Il s'agit vraisemblablement de 2 adultes vu leur taille.

Ces 2 baleines sont complètement indifférentes à l'arrivée de 3 autres individus, que je décrirai comme une femelle escortée de 2 mâles. Les mâles s'affrontent sans violence (sorte d'entraînement peut être?), mais la femelle refuse leur approche: les déplacements sont donc assez rapides. Un des mâles a des dessins très particulier sur sa caudale qui, en outre, est perforée: impossible de ne pas la reconnaître (cf photos).

C'est donc à minima 6 baleines qui ont investi ce matin la côte est de Moorea. Pas de chanteur.

Dans le même temps, quelques baleines sont observées le long de la côte ouest de Tahiti. Il semble désormais impossible de ne pas voir de baleines en sortant en mer.

RIO DE JANEIRO, 02 sept 2012 (AFP) - Près de 11.500 baleines à bosse ont été dénombrées l'année dernière, sur quelque trois mille kilomètres de côtes du Brésil, entre Rio de Janeiro et l'Etat de Sergipe (nord-est), un "record", indique une étude de l'Institut Baleia Jubarte, diffusée dimanche.
Une étude précédente datant de 2008 avait montré que 9.300 de ces baleines à bosse (mégaptère ou jubarte) avaient été vues dans les eaux brésiliennes.
En 2002, date de la première recherche, seuls 3.400 de ces cétacés qui viennent de l'Antarctique pour se reproduire de juillet à octobre, avaient été recensés.
L'augmentation du nombre de ces baleines est vue d'un bon oeil par les scientifiques brésiliens, rapporte dimanche le quotidien Folha de Sao Paulo.
Après que les Espagnols eurent introduit la chasse à ce cétacé au XVIIe siècle, l'espèce avait pratiquement disparu des eaux brésiliennes. L'augmentation de sa population aujourd'hui est due à l'interdiction de la chasse à la baleine depuis 1987 au Brésil et à un travail d'éducation fait auprès des pêcheurs.

Des dizaines de baleines se sont mystérieusement échouées ce week-end à la fois aux Etats-Unis et en Ecosse...

C'est à Fort Pierce, dans le sud de la Floride, que 22 baleines de l'espèce des globicéphales se sont échouées ce samedi. Selon la NOAA, l'Agence fédérale des océans et de l'atmosphère, seulement 5 d'entre elles ont pu être sauvées, et ont été transportées dans un centre de réadaptation vétérinaire. Les autres sont décédées de mort naturelle ou ont été euthanasiées. L'hypothèse que l'un des cétacés était malade prédomine.
Allison Garrett, porte-parole de la NOAA
: "Lorsqu'une baleine est malade, les autres la suivent. Donc si elle vient s'échouer sur une plage, les autres font pareil".

Sur les côtes écossaisses cette fois, près de Saint Andrews, 26 baleines se sont à leur tour échouées dimanche. Si 16 sont mortes, les sauveteurs sont parvenus à en remettre 10 à l'eau.

 

Le 2 septembre encore (de la part d'autres observateurs):

De Papara à Te Pari ,11 observations , 5 mères et leur petit et une baleine solitaire énorme. Toutes très près du reef. Un petit fait des sauts autour de notre bateau... super spectacle, et l'avantage.... personne autour. Une femelle magnifique avec une caudale complètement blanche. Nous sommes aidés par notre chien qui, du pont du bateau, perçoit les souffles bien avant nous... belle collaboration pour des moments dont on ne se lasse pas!

 

7 septembre: Un ferry reliant Tahiti à Moorea percute un baleineau.

D'après les médias, le Teravau est entré ventredi en collision avec un baleineau. Le capitaine aurait dévié de sa route pour éviter un groupe de baleines en activité. Il n'a pas pu éviter un baleineau non repéré, car nageant à l'écart du groupe de baleines. A 25 noeuds, impossible de manoeuvrer pour éviter l'accident. Le choc, violent, a été ressenti par les passagers. L'inspection de la coque n'a pas montré de dégâts. Par contre, il n'a pas été possible d'estimer la gravité des blessures du baleineau. Il s'agit d'un accident évidemment regrettable, mais sans doute inévitable. Inutile de jeter la pierre au capitaine. Combien de collisions bateaux/baleines ont-elles lieu chaque année de par le monde? Les baleines, au même titre que les icebergs, ne font-elles pas partie des plus grandes craintes des navigateurs solitaires? Contrairement aux ondontocètes, les mysticètes ne possédent pas de système d'écholocation sophistiqué, ce qui explique peut être ces accidents.

 

8 septembre: encore beaucoup de vent et une mer agitée: je ne prévois pas de sortie ce WE. Je compte sur vous pour m'apporter des informations. Bonne mer!

Le festival continue, même si les conditions d'observation ne sont pas excellentes. 3 baleines au large de Taapuna, 3 autres au large de Paea, et, dans la soirée, 2 baleines adultes le long du récif de Punaauia. De quoi satisfaire les nombreux curieux embarqués sur les bateaux de whale-watching.

Pour ma part, j'attends une météo plus clémente pour partir et explorer l'océan: peut-être mardi après-midi?

Mardi 11 septembre: 15 baleines sont observées dans la journée entre Tahiti et Moorea.

 

Jeudi 13 septembre: malgré un bon vent d'est nord-est, n'y tenant plus, je tente une sortie dans le chenal: Au large, sautant dans le vent, j'aperçois et j'observe plusieurs groupes de 2 ou 3 baleines. Pour au moins un des groupes, il semble clairement s'agir d'une femelle refusant l'approche de 2 mâles. Pour les autres, c'est plus difficile à décrire. J'ai été surpris par un des groupes qui s'est rapidement familiarisé avec le bateau, n'hésitant pas à s'approcher et à rester tout près, un des animaux s'installant sur le dos, ventre vers la surface, sous la coque quasiment immobile, pendant de longues minutes. Ce comportement est décrit dans les ouvrages spécialisés comme étant celui d'une femelle qui refuse l'approche d'un ou des mâles. D'ailleurs, ma présence n'était peut être pas du gout du mâle qui, à plusieurs reprises, s'est approché rapidement du bateau en soufflant bruyamment.

En rentrant, le long de la côte, au soleil couchant, une femelle, son baleineau, et l'escorte nagent tranquillement avant de se poser pour la nuit dans la baie de la Punaruu.

C'est donc 12 baleines vues et observées cet après midi.

 

 

 

Photo Tahiti Infos
Photo Tahiti Infos

Un baleineau ne rerouve plus sa maman dans le lagon de Huahine: il se réfugie sous la coque d'un navire au mouillage. Ce n'est pas la première fois qu'un baleineau est ainsi abandonné par les siens. Ne se nourrissant que de lait, sa vie est en danger

 

Ce mardi 18 septembre à 10h45, la brigade de gendarmerie de Huahine est informée par le centre de secours de Faré de la présence d'un baleineau qui se trouve réfugié sous la coque d'un voilier ancré dans la passe et face à l'hôtel Lapita à Huahine. Les militaires prennent contact avec les sapeurs pompiers, déjà sur place avec l'embarcation du centre de secours.
Ces secours contactent alors le service de la mer pour savoir quelle conduite à tenir, car on ne manipule pas un cétacé, même jeune, si facilement. Ils sont alors aiguillés vers un spécialiste des cétacés installé à Moorea. D’autant que le propriétaire du voilier le «Dalton» à l'origine de l'alerte indique que le baleineau se trouve dans la baie de Fare, sous son bateau, depuis deux jours et que la mère n'a pas été aperçue aux alentours. Ce dernier a alerté les pompiers car il doit quitter le mouillage de Fare pour reprendre la mer et ne veut pas laisser le cétacé dériver vers les autres embarcations au mouillage.
A midi, lors du départ du voilier «Dalton», le baleineau est escorté
par le centre de secours jusqu'à l'extérieur de la passe de Fare à Huahine. Selon les dernières informations recueillies sur place, il semble que le jeune cétacé n'a pas refait surface près des embarcations au mouillage dans la passe de Faré. (Source Tahiti Infos:
http://www.tahiti-infos.com/Huahine-un-baleineau-refugie-sous-un-voilier_a56925.html)

Matairea c’est le nom donné au baleineau, une jeune femelle isolée, qui depuis le mardi 18 septembre erre au mouillage de Fare à Huahine. Apeurée, sans repères elle se réfugie sous la coque des voiliers. Autour de Matairea, le groupe d’étude des mammifères marins (GEMM) de Rangiroa et des plongeurs se mobilisent pour la survie du baleineau et mettent en place, en priorité, un périmètre de sécurité autour de la jeune baleine. Séparée de sa mère, ses chances de s’en sortir et de regagner la haute mer sont relativement minces.
Pour l’alimenter, depuis deux jours, les sauveteurs ont mis au point un drôle d’appareillage : une grosse marmite de mixture reliée à un tuyau qui va dans la bouche du baleineau. Visiblement ça marche. «Elle est très affaiblie, très amaigrie, mais depuis deux jours que nous l’alimentons, son état est stationnaire. Elle semble même reprendre un peu de vigueur» explique Pamela Carzon, chargée de mission sur le suivi des baleines à bosses pour le GEMM. Le groupe d’études des mammifères marins a pris attache avec le docteur Mickaël Poole, spécialiste des baleines, basé à Moorea, pour des conseils éclairés, sur ce qui peut être entrepris pour le sauvetage de Matairea.
Pour les sauveteurs, la priorité est tout d’abord de garantir un périmètre de sécurité afin qu’ils puissent concentrer leurs efforts sur la survie du baleineau. Pas plus de six voiliers mouillent actuellement à Fare, mais les sauveteurs craignent que la présence du baleineau devienne une attraction, laquelle pourrait être fatale et réduire à néant les efforts accomplis depuis deux jours. «Il ne faut absolument pas que les gens tentent de s’approcher. Notre but est de réussir à lui redonner suffisamment de forces pour qu’elle puisse, le plus tôt possible, rejoindre la haute mer. Si on n’arrive pas à la nourrir, la jeune baleine est en danger de mort» précise encore Pamela Carzon. L’appel à la responsabilisation de la population est lancé.
Quelles sont les chances que Matairea s’en sorte bien ? «Sa meilleure chance serait de retrouver sa mère. Parfois elle lance des signaux acoustiques pour appeler, malheureusement cela fait plusieurs jours que le baleineau est seul. Il arrive que, la mère et les jeunes baleineaux se retrouvent séparés par l’arrivée d’un mâle adulte agressif. C’est l’une des hypothèses». Sans sa mère, Matairea une fois suffisamment requinquée, pourrait être accompagnée vers la haute mer où elle pourrait alors tenter d’intégrer un autre groupe de baleines. En attendant, il est absolument recommandé de ne pas tenter de s’approcher du périmètre de sécurité mis en place autour d’elle. Sa survie passe aussi par la tranquillité du site…
En dépit de ces voeux, trop de personnes viennent en curieux sur le site du mouillage de Fare ce qui complique décidément le travail des sauveteurs : "le baleineau se nourrit beaucoup plus facilement quand les eaux sont calmes, nous passons actuellement trop de temps à effectuer la police pour le respect du périmètre de sécurité" explique le GEMM qui s'active, sans relâche depuis trois jours maintenant autour de ce baleineau femelle coincé dans le lagon. Une nouvelle sortie vers la haute mer pourrait néanmoins être tentée durant le week-end. Matairea finira-t-elle par rejoindre l'océan ? (Source Tahiti Infos: http://www.tahiti-infos.com/Operation-de-sauvetage-pour-le-baleineau-de-Huahine-maj_a57102.html?preaction=nl&id=14187570&idnl=120592&)

Le baleineau de Huahine est mort. Bien triste nouvelle: le baleineau qui errait dans le lagon de Huahine depuis le 18 septembre et qui avait été nommé Matairea est mort. Les efforts déployés par les équipes du groupe d’étude des mammifères marins (GEMM) de Rangiroa et des plongeurs n'auront pas suffit à sauver l'animal.
Séparée de sa mère, cette jeune femelle n'a su regagner le large. Elle est finalement morte.(Source Tahiti Infos).

Il n'y a malheureusement rien d'étonnant à cela. Nous n'avons pas réellement la capacité d'aller à l'encontre d'un évènement appartenant à la sélection naturelle. Par contre, nous devons chercher à comprendre ce qui est arrivé à cette petite baleine afin, surtout, d'identifier la cause de la séparation d'avec sa mère, et notre éventuelle responsabilité.

Tail breaching d'une femelle qui refuse l'approche des mâles - 15 septembre 2012
Tail breaching d'une femelle qui refuse l'approche des mâles - 15 septembre 2012

Samedi 15 septembre: encore une bien belle journée, avec une météo exceptionnellement bonne, pas de vent, soleil, mer calme: que demander de plus?

Le chenal et la côte est de Moorea, notamment entre Temae et Afaraitu, sont "envahis" de baleines. Au moins une quinzaine d'animaux aux comportements différents, 2 femelles et leur baleineau au repos à Temae, nullement incommodées par la présence de nombreux bateaux et nageurs (lun des baleineaux est même venu se frotter à un kayack!), maman et baleineau escortés par un mâle un peu plus au large, une femelle poursuivie par 2 mâles, 2 baleines endormies devant Vaiare, un juvénile solitaire vers la pointe sud, et d'autres animaux aperçus à l'écart de notre route.

A cela s'ajoute l'observation d'un groupe d'une dizaine de mésoplodons de Blainville.

Beaucoup de d'animation dans le chenal, pour des observations variées et passionnantes.

 

Dimanche 16, un baleineau portant une grave blessure sur le dos a été observé au large de Vairao (presqu'île de Tahiti). Se pourrait-il que l'animal observé soit la victime de la collision avec le ferry? Si certains d'entre vous entendent parler ou observent l'animal, je suis preneur de toutes informations.

Affrontement: 23 septembre 2012 - Moorea
Affrontement: 23 septembre 2012 - Moorea

Dimanche 23: Encore une bien belle journée. 10 heures sur l'eau pour observer longuement 10 baleines autour de Moorea.

D'abord une baleine solitaire, au large de Vaiare, qui manifeste sa présence par de grands coups de caudale, et évite de justesse le passage du ferry.

Ensuite, une femelle (énorme) et son baleineau, escortés par un mâle (également énorme), un peu plus au sud. Dans le vent, la femelle commence à frapper la surface de l'océan avec sa caudale, vite imitée par sa progéniture. Très vite, le baleineau enchaîne sauts sur sauts, ce qui m'a permis de constater qu'il avait la machoire déformée du côté droit, la mandibule remontant au dessus de la lèvre supérieure. Je posterai des photos très rapidement.

Enfin, au large de la passe d'Atia, au sud de Moorea, une femelle se fait gentiement escorter par 2 mâles qui s'affrontent paisiblement. J'observe les animaux longuement. Un des mâles a l'habitude de sortir la tête hors de l'eau, d'ouvrir la bouche (je peux apercevoir les fanons) pour avaler de l'air qu'il recrache bruyamment en faisant des bulles. Drôle de manège. Tout d'un coup, les 2 mâles abandonnent la femelle pour pourchasser un intru, probablement un autre mâle potentiel adversaire. Au milieu d'un grand groupe de dauphins (sténo), j'assiste à de veritables affrontements. S'approchent alors 2 autres baleines, ce qui amplifie sensiblement l'excitation des premiers animaux, sans que je comprenne vraiment comment s'articule le manège, la femelle semblant rester en retrait. Le spectacle dure plusieurs heures. Au final, les deux baleines arrivées en dernier quittent le groupe, la femelle rejoint les 3 autres baleines qui poursuivent leurs affrontements en s'approchant du récif. J'ai pu faire quelques belles photos que je vais mettre sur le site dès que possible (il faut que je trie 1000 photos...).

Dans le même temps, des baleines ont été vues un peu partout et durant toute la journée en d'autres lieux autour de Moorea et de Tahiti.

Que dire de plus?
Que dire de plus?
PAPEETE (Polynésie française), 26 sept 2012 (AFP) - Trois baleines se sont invitées mardi dans le port de Papeete, à Tahiti, en Polynésie française, a constaté un journaliste de l'AFP.
Elles ont contraint un ferry à quelques manoeuvres pour accoster, tandis que plusieurs petits bateaux ont pu les approcher et les observer.
Les trois baleines sont ensuite reparties au large.
L'histoire s'était moins bien terminée quelques jours plus tôt pour un baleineau, perdu dans une baie de Huahine, une autre île de Polynésie française.
Séparé de sa mère, il cherchait le contact des coques de bateau, et a fini par mourir de faim.
Les archipels de la Société et des Australes, en Polynésie française, sont situés sur la trajectoire des baleines, qui viennent se reproduire et mettre leurs "petits" au monde, avant de repartir pour l'Antarctique.
Rédigé par AFP le Mardi 25 Septembre 2012 à 22:13 

30 septembre... déjà la fin du mois. Je passe 2 h et demi en compagnie d'une femelle et de son grand baleineau qui stationnent à la Pointe de Faa'a, tranquillement. La mer est agitée, mais il y a peu de vent. Les animaux sont paisibles, le baleineau s'approche volontiers du bateau. Rien de très excitant, juste le plaisir d'observer, seul, ces animaux. La femelle porte de nombreuses cicatrices sur la caudale, elle a même probablement été mordue. Au loin, une baleine solitaire passe.

L'arrivée des bateaux de whale watching rompt ces instants paisibles, les animaux fuient le dérangement, direction Moorea.

Le grand splash! Moorea 6 octobre 2012
Le grand splash! Moorea 6 octobre 2012
Le saut de la femelle - Moorea 6 octobre 2012
Le saut de la femelle - Moorea 6 octobre 2012

Samedi 6 octobre: Direction Moorea où je tombe nez à nez avec une femelle et son baleineau. Les animaux sont manifestement au repos, soit en suface, soit à faible profondeur. Il y a un peu de vent et un peu de clapot, j'essaie de ne pas déranger les animaux, je reste un moment à les observer avant d'aller voir ailleurs. Le long de la côte sud, je croise une baleine solitaire. Rien d'autre le long de cette côte que je parcours à petite vitesse. Je retourne donc vers la femelle et le baleineau observés un peu plus tôt dans la matinée. Les animaux (qui séjournent dans cette zone depuis déjà 2 semaines) sont suivis par un bateau whale watcher, puis par bientôt 6 bateaux. Je reste à l'écart. Je suis étonné par le comportement de certains prestataires qui continuent à mettre sytématiquement leurs passagers à l'eau pile poil au dessus des baleines immergées, bafouant les règles qui imposent des distances minimales. Par contre, un prestataire fait exception et prend tout le temps nécessaire pour de longues observations en surface avant de mettre à l'eau ses passagers qui, de toute évidence, on été briefés sérieusement.

Soudain, le baleineau fuse hors de l'eau, immédiatement suivi par sa mère qui fait un saut spectaculaire pas très loin des bateaux.

De retour vers Tahiti, je retrouve devant Paea la femelle et le baleineau observés le WE dernier à Faa'a: vous reconnaitrez facilement la caudale de la femelle.

Une caudale désormais bien connue - Tahiti, 7 octobre 2012
Une caudale désormais bien connue - Tahiti, 7 octobre 2012

Dimanche 7 octobre: sortie matinale le long de la côte ouest de Tahiti avec des copains. Je retrouve rapidement la baleline et le baleineau observés la veille, juste devant Te Maruata. La mer est hyper calme, les baleines sont hyper paisibles, et nous mouvons passer un agréable moment en leur compagnie. Les animaux restent en surface et ne fuient pas lorsque nous nous mettons dans l'eau. Cette complicité est rompue par l'arrivée d'autres bateaux. Dans le courant de la matinée, l'agglutination des bateaux autour des animaux s'amplifie, les embarcations entourent les animaux, nous ne sommes plus là depuis longtemps. Un peu plus au large, une autre baleine manifeste son arrivée en faisant un saut très spectaculaire.

Balade avec les globicéphales - 15 octobre 2012
Moins de 2 minutes de vidéo en compagnie d'un groupe d'une vingtaine de globicéphales croisés entre Tahiti et Moorea le 15 octobre 2012
Globicéphales (pour portable).m4v.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 11.3 MB

Mi novembre: je ne suis pas sorti récemment, mais je sais que les baleines continuent à être observées, notamment autour de Tahiti. Nous sommes désormais en fin de saison. Le site va entrer en hibernation jusqu'à la saison prochaine, en espérant que nous serons tous dispos pour de nouvelles aventures.

A bientôt!

 

Dimanche 4 novembre: Quel temps magnifique, pétole comme on dit dans la marine! L'occasion de pousser la balade jusqu'au Pari ce qui m'a permis de constater que les baleines sont toujours bien présentes. D'abord 4 jeunes adultes en paires distinctes et séparées devant Mara'a, puis un adulte de belle taille devant le jardin botanique de Mataia. A Teahupoo, le classique trio baleineau, femelle et mâle. Au Pari, une femelle et son baleineau. Aucune onservation formidable, mais de belles rencontres, partagées avec celles de grands groupes de dauphins (longirostris) joueurs, et d'immenses vols d'oiseaux en pêche. Retour au coucher de soleil, que du bonheur! Toujours pas de photos en raison de la panne de l'Imac.

 

Samedi 27 octobre: non! non! Les baleines ne sont pas parties. Et ce matin, c'est encore 7 individus observés devant Te Maruata. Mais mon Imac fait partie des appareils rappelés par Apple pour défaut du DD (qui a planté juste avant l'info...), je n'ai donc plus la possibilité de vous présenter ni images ni vidéos. Cette panne explique l'absence de mise à jour du site ces derniers 15 jours. Donc ce matin: 3 adultes un peu au large, une femelle et son baleineau très près du reef, un chanteur qui est passé entre nos bulles pendant une plongée avec ma fille (inoubliable, même si ce fut trop bref), et une autre baleine devant la poinde des pêcheurs. Que du bonheur! Demain, petit tour vers Moorea si la météo le permet.

 

Dimanche 15 octobre. On dirait que les baleines se font plus rares... Pas sur! Au moins 5 baleines ont été observées ce dimanche autout de Moorea, tandis que d'autres batifolaient devant Te Maruata: elles sont donc encore bien présentes, en nombre, et devraient rester autour des îles polynésiennes pendant les prochaines semaines avant d'entreprendre leur longue migration vers l'Antarctique. 

 

Je n'ai fait qu'une courte sortie ce dimanche, dans le lechenal, puisque j'ai eu la chance de croiser très vite un banc d'une vingtaines de globicéphales qui, paisibles, sont restés autour du bateau et ont accepté sans fuir que je nage à leur rencontre. Je vous propose un petit film de ce bien agréable moment.

 

Un peu plus au large, j'ai vu les grandes éclaboussures d'une baleine en train de sauter...

 

Par ailleurs, j'apprends que les baleines se nourriraient occasionnellement de "ina'a" (ou "bichiques" à La Réunion). Ces alevins de "gobiidés" remontent les estuaires par centaines de milliers après un périple océanique.

 

Le cycle des gobies de rivière est le suivant :
-  les adultes (taille entre 10 à 15 cm) pondent en rivière
-  les œufs fécondés sont emportés dans l’océan puis vont éclore donnant naissance à des larves
-  les larves se développent au stade alevin dans l’océan, et deviennent « inaa »
-  au bout d’1 à 2 mois, les alevins de couleur rose reviennent dans « leur » rivière - c’est à ce moment qu’ils sont capturés
-  les alevins (taille entre 2 à 5 cm) qui recolonisent la rivière deviennent noirs et le cycle est bouclé.

 

Il semble, d'après certains pêcheurs, que les baleines à bosse sont vues fréquemment à proximité ou dans les bancs de "ina'a", et qu'elles s'en nourriraient comme elles le font avec le krill, ce qui expliquerait en partie les faibles pêches de ces dernières années. Je n'ai aucune certitude sur l'exactitude de ces informations.

Mis à jour:  10 juillet 2016

 

Baleine et baleineau - Moorea - 6/09/2011
Baleine et baleineau - Moorea - 6/09/2011
Sweet Mama à Moorea
Vidéo: 3 minutes de pur bonheur avec la maman et son baleineau
Baleines, web.m4v.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 20.4 MB

Le site "A Tahiti, dans le sillage des baleines" présente, en dehors de tout caractère scientifique ou commercial, mes observations et mes photos de baleines ainsi que toute une série d'informations sur le mégaptère. 


Depuis plus de 10 ans, armé de mes appareils photos, je guette et j'observe avec une passion jamais démentie ces animaux qui, de juillet à novembre, occupent les eaux polynésiennes pour s'y reproduire et mettre bas. La Polynésie occupe en effet une place essentielle dans le cycle biologique de l'une des populations mondiales des baleines à bosse (voir "Histoire et Géographie").


Ce site est , depuis 2002, un témoin de l'aventure des baleines à bosse (les mégaptères) dans les eaux proches de Tahiti, Moorea et Tetiaroa.

 
Les baleines sont devenues le symbole du combat de l'homme contre sa propre nuisance. Le nombre grandissant des baleines sur l'ensemble du globe montre qu'une prise de conscience collective permet d'inverser le dispositif destructeur que nous sommes capables d'engager.


Les mégaptères ne connaissent pas d'autres ennemis que nous-mêmes, elles font partie des animaux les plus vieux de la planète, elles portent en elles la mémoire du monde... Puissent ces pages sensibiliser chacun au respect des baleines et à la protection de notre environnement.

Pierre Follin 


Sortie du livre "TOHORA"
Sortie du livre "TOHORA"

"TOHORA", le livre qui raconte le parcours des baleines à bosse dans les eaux polynésiennes. Textes et photos sont à dévorer. En vente dans les librairies de Tahiti.

 

Parade en soirée - 2008
Parade en soirée - 2008
Le rostre - 2008
Le rostre - 2008
Affrontements - 2008
Affrontements - 2008
La caudale - 2008
La caudale - 2008
2 souffles en soirée - 2008
2 souffles en soirée - 2008
Lobtailing - 2008
Lobtailing - 2008
Tail breaching - 2008
Tail breaching - 2008
Une baleine expose son ventre blanc - 2008
Une baleine expose son ventre blanc - 2008
Flippering - 2007
Flippering - 2007
Baleineau - 2009
Baleineau - 2009