Affrontements - Moorea 2008
Affrontements - Moorea 2008

C’est le temps des amours, et des violences !

 

Août. Les chants résonnent quotidiennement dans les profondeurs de l’océan. Nous sommes en pleine saison des amours et des violences. Les mâles se regroupent autour d’une femelle et s’affrontent dans des joutes spectaculaires. Ces affrontements suivent un protocole bien établi. Le premier mâle arrivé auprès de la femelle occupe la place d’escorte principale (principal escort), il est le prétendant. Les autres mâles (plusieurs dizaines parfois) sont les challengers (secondary escort), ils vont harceler l’escorte principale et tenter de renverser la situation à leur profit. L’escorte principale devra déployer toutes ses compétences physiques et stratégiques pour conserver son rang, montrant ainsi à la femelle les prouesses dont il est capable. La femelle, animal central (nuclear animal) guide tranquillement ces compétiteurs, apparemment assez indifférente à leurs brutalités. Il n’y a toujours qu’une seule femelle. Elle manœuvre pour mettre les mâles en concurrence, afin de sélectionner celui qui aura le privilège d’être père. Il est admis que ce sont les femelles qui choisissent le mâle. Elles sont capables de refuser, violemment parfois, les approches de prétendants. De leurs caprices dépendront donc la qualité et le succès de la fécondation.

 

Venant du large, 3 baleines s’approchent du récif, côte sud de Moorea. Les nuages couvrent les sommets et s’étendent au-dessus de l’océan, cachant les premiers rayons du soleil levant. La mer est belle, grise, étincelante. Je suis seul, comme souvent. Les baleines viennent dans ma direction, je les attends. Elles nagent rapidement, sans discrétion, en surface le plus souvent. Elles s’arrêtent, disparaissent brièvement, surgissent un peu plus loin, se tournent autour. Leurs souffles sont puissants, sonores. Soudainement, tout s’agite ! Une des baleines lance de grands coups de queue, elle frappe la surface de l’océan, accélère, sonde, et bondit dans un saut spectaculaire ! Aucun doute, deux mâles escortent une femelle, les animaux sont prêts à combattre, le challenger vient de montrer sa force ! Sans doute veut-il solliciter l’attention de la femelle, ou intimider l’autre mâle, ou encore inviter d’autres congénères à se joindre à la partie.

 

Deux autres mâles, alertés par le tumulte, rejoignent le groupe qui longe le récif. Les animaux nagent en surface, traçant des sillages tourmentés. L’escorte principale est sous pression, elle ne cesse de repousser les approches de ses adversaires, en essayant de ne pas s’éloigner de la femelle. Un autre concurrent, beaucoup plus gros, s’invite à la partie. Sa taille est vraiment impressionnante ! Les combats font rage ! Dans des bouillonnements d’écume, les mâles se poursuivent, se frappent à grands coups de queue, se percutent violemment ! Deux juvéniles s’approchent et se mêlent timidement aux combattants. Ils ne feront pas le poids face aux adultes, beaucoup plus entraînés. Il y a maintenant 7 mâles autour de la femelle.

 

La femelle se déplace avec une sérénité qui contraste avec l’agressivité développée par le reste du groupe. Curieuse, elle s’approche volontiers du bateau, entraînant derrière elle la horde des compétiteurs. Son corps inhabituellement noir ondule lentement au rythme des mouvements de sa caudale. Autour de la star, c’est un véritable champ de bataille.

 

D’un coup, tout se calme, moment de répit. L’océan reprend une allure plus clémente, balayé par l’alizé qui chasse lentement les nuages noirs chargés de pluie. De gris sombre, la mer prend une couleur bleu profond, éclatant. Profitant de cette trêve, le soupirant s’approche de la femelle dans une succession de mouvements pleins de grâce et de tendresse. Il se place devant elle, pectorales étendues, sollicitant son attention. La femelle observe, puis elle se détourne et poursuit paisiblement son chemin. Peut-être n’est elle pas encore satisfaite ?

 

Le tumulte reprend, un autre round a commencé. Les baleines réapparaissent au milieu de colonnes de bulles d’air lâchées par l’escorte principale dans une possible manœuvre d’intimidation. A nouveau harcelée, elle se jette sur ses adversaires qu’elle essaie de percuter ou d’écraser de tout son poids. Sa résistance est impressionnante, elle ne faiblit pas.

 

Toutes les baleines ne participent pas à ces joutes. Quelques unes, en effet, restent à l’écart, et observent. Malgré une invraisemblable agitation, seule l’escorte principale attaque, repoussant systématiquement et violemment celui ou ceux qui voudraient prendre sa place. Pendant des heures, elle va lutter, seule contre tous. De nombreux bruits (cliquetis, claquements, petits sifflements), qui n’ont rien à voir avec les chants décrits plus hauts, témoignent d’une conversation intense entre combattants. Parfois gravement blessé, aucun d’entre eux n’est cependant mortellement touché. L’ escorte principale montre les cicatrices d’autres aventures : elle est amputée du bout de sa pectorale gauche. Cette fois, toute sa force et son habileté ne l’empêchent pas de se faire détrôner, après plusieurs heures de combat, par un autre concurrent qui, à son tour, devra défendre sa place auprès de la femelle. Victorieux, il ouvre grand sa bouche qu’il remplit d’eau, dilatant les sillons qui courent sous sa gorge, amplifiant considérablement son volume, comportement dissuasif fréquemment observé dans d’autres espèces animales, destiné à impressionner ses prochains adversaires !

 

Que se passe-t-il après les affrontements ? Mystère ! La femelle et le mâle élu restent vraisemblablement ensemble en attendant le moment propice pour la copulation. Sans doute s’éloignent-ils des zones de combat, gagnant le large pour avoir la paix, tandis que les autres mâles s’apprêtent à se lancer dans de nouvelles compétitions.

 

Septembre. Fin d’après-midi, devant Te Maruata, côte ouest de Tahiti. Le soleil est déjà bas dans le ciel qui s’assombrit, l’alizé épargne la côte ouest, la mer est belle. Deux baleines dansent dans le silence de l’océan. Du bateau, leurs mouvements sont à peine visibles. Mais dans l’eau, j’assiste en compagnie de mes amis à un véritable ballet, plein de grâce et de magie. Avec une infinie tendresse, les baleines se tournent autour, semblent se caresser, ventre contre ventre, presque enlacées, pectorales largement ouvertes, parfois en position verticale, le museau, ou la queue affleurant la surface. Elles se déplacent très lentement sans sonder. Nous les accompagnons en nageant, notre présence ne les dérange pas, au contraire : elles s’approchent volontiers, comme pour nous prendre à témoins. C’est féérique. Aucune violence dans ces longs moments de pure beauté. Rien ne semble pouvoir arrêter cette danse. Mais la nuit s’annonce, les baleines deviennent à peine visibles dans la profonde obscurité de l’océan. Émerveillés, nous remontons sur le bateau. Le soleil embrase ciel et mer, les nuages eux-mêmes s’enflamment, tout est rouge, pourpre, flamboyant ! Je démarre les moteurs, il est temps de rentrer. Le soleil s’écrase sur l’horizon. Soudain, une baleine bondit hors de l’eau, immédiatement suivie par sa compagne, comme pour saluer notre départ ! Sublime et dernière image de la soirée. Je longe le récif, quelques dauphins à long bec s’amusent devant l’étrave du bateau. Je reste songeur. S’agissait-il d’une parade nuptiale ? Aucune publication ne relate ce genre d’évènements.

 

Je n’ai pas trouvé dans la documentation que j’ai fouillée d’observation relatant un accouplement. Moi-même je n’en ai jamais vu. Dans l’océan, toutes les positions sont permises ! Il s’agit vraisemblablement d’un acte bref, obligeant les animaux à jouer d’adresse et de précision, puisque la fécondation impose une véritable pénétration du pénis dans l’appareil génital de la femelle. De même, aucune information ne circule sur la durée de la période féconde d’une femelle, ni sur le nombre possible d’ovulations. Par contre, il est clairement admis que le mâle est polygame, des enquêtes génétiques ayant montré des baleineaux du même âge possédant le même lien paternel. Il n’est pas exclu qu’une femelle puisse, elle aussi, avoir plusieurs partenaires sexuels durant une même saison, histoire de garantir la fécondation.

Mis à jour:  10 juillet 2016

 

Baleine et baleineau - Moorea - 6/09/2011
Baleine et baleineau - Moorea - 6/09/2011
Sweet Mama à Moorea
Vidéo: 3 minutes de pur bonheur avec la maman et son baleineau
Baleines, web.m4v.mp4
Fichier Audio/Vidéo MP4 20.4 MB

Le site "A Tahiti, dans le sillage des baleines" présente, en dehors de tout caractère scientifique ou commercial, mes observations et mes photos de baleines ainsi que toute une série d'informations sur le mégaptère. 


Depuis plus de 10 ans, armé de mes appareils photos, je guette et j'observe avec une passion jamais démentie ces animaux qui, de juillet à novembre, occupent les eaux polynésiennes pour s'y reproduire et mettre bas. La Polynésie occupe en effet une place essentielle dans le cycle biologique de l'une des populations mondiales des baleines à bosse (voir "Histoire et Géographie").


Ce site est , depuis 2002, un témoin de l'aventure des baleines à bosse (les mégaptères) dans les eaux proches de Tahiti, Moorea et Tetiaroa.

 
Les baleines sont devenues le symbole du combat de l'homme contre sa propre nuisance. Le nombre grandissant des baleines sur l'ensemble du globe montre qu'une prise de conscience collective permet d'inverser le dispositif destructeur que nous sommes capables d'engager.


Les mégaptères ne connaissent pas d'autres ennemis que nous-mêmes, elles font partie des animaux les plus vieux de la planète, elles portent en elles la mémoire du monde... Puissent ces pages sensibiliser chacun au respect des baleines et à la protection de notre environnement.

Pierre Follin 


Sortie du livre "TOHORA"
Sortie du livre "TOHORA"

"TOHORA", le livre qui raconte le parcours des baleines à bosse dans les eaux polynésiennes. Textes et photos sont à dévorer. En vente dans les librairies de Tahiti.

 

Parade en soirée - 2008
Parade en soirée - 2008
Le rostre - 2008
Le rostre - 2008
Affrontements - 2008
Affrontements - 2008
La caudale - 2008
La caudale - 2008
2 souffles en soirée - 2008
2 souffles en soirée - 2008
Lobtailing - 2008
Lobtailing - 2008
Tail breaching - 2008
Tail breaching - 2008
Une baleine expose son ventre blanc - 2008
Une baleine expose son ventre blanc - 2008
Flippering - 2007
Flippering - 2007
Baleineau - 2009
Baleineau - 2009